page loader ..
Mon Compte Eshop
Musique

Il est temps d’écouter Yseult

“J’ai l’opportunité d’œuvrer pour certaines communautés et de rendre certaines personnes visibles. Je le fais avec mon art, mes mots, ma sincérité, de manière détendue et décomplexée. Mais mon discours est sans cesse discrédité, éclipsé par une colère malsaine que l’on me prête mais ne me représente pas. Ce dont je parle, c’est d’inclusivité, de paix, d’union. Mon mantra, c’est l’intégrité.“

Révélation féminine des Victoires de la Musique 2021, en pleine ascension depuis la sortie de ses EP Noir et BRUT, le succès d’Yseult ne plaît pas à tout le monde. Cible ponctuelle d’un cyberharcèlement désolant de racisme, la chanteuse avait déjà été trashée en février dernier par Valeurs actuelles. Pas très étonnant vu l’orientation du magazine. En revanche, on ne s’attendait pas à ce que Le Monde lui dresse un portrait avec de tels a priori. L’article “Un apéro avec Yseult”, sorti le 29 mai sur le site du journal, semble écrit avec une intention de nuire et une malveillance non dissimulées, dressant, au détour de qualificatifs empreints de jugements classistes et grossophobes, un portrait qui la fait passer pour une diva suffisante, carriériste et obsessionnelle.

Le papier a déclenché une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, Yseult elle-même dénonçant sur Twitter un article qui vise “à nuire” le 30 mai. La journaliste s’est défendue en affirmant avoir “essayé de faire [s]on travail le plus honnêtement possible en témoignant du moment passé ensemble”. Sauf que, en réécoutant l’enregistrement de la conversation  – soigneusement archivé par la musicienne –, on se rend compte que les propos d’Yseult ont été tronqués et parfois modifiés pour coller à l’image d’artiste antipathique dessinée par l’article. Ce traitement médiatique est malheureusement assez commun dès qu’il s’agit d’artistes à succès qui ne rentrent pas dans la norme hétéro, svelte et blanche à laquelle semble encore accroché.e.s certain.e.s journalistes des grands médias – il suffit de regarder le traitement infligé à Aya Nakamura. Mais il est d’autant plus inquiétant qu’il vise une artiste emblématique du renouveau de la variété française et de la diversité francophone.

Une discussion orientée et des propos tronqués

Le ton est donné dès le titre de son article : “Je suis une femme incroyable, obèse, qui s’aime et se déteste”. On aurait pu sous-titrer : “Portrait-robot d’une femme arrogante”. Il faudra parcourir tout l’enregistrement pour constater que cette phrase n’est jamais prononcée telle quelle par la chanteuse. Il s’agit d’une agrégation de petits morceaux de réponses prononcées au fil de l’interview. 

Dès les premières lignes, l’article s’arrête sur les envies d’Yseult de gérer les différents aspects de sa carrière elle-même, et d’exercer un droit de regard sur les photos qui pourraient illustrer l’article. Une demande assez classique pour une artiste de ce niveau, mais on préfère la faire passer pour une control freak : “Yseult est une entrepreneuse, une femme et artiste indépendante, ces mots ne quittent pas sa bouche.” On lui reproche donc son investissement dans son projet… Difficile d’imaginer le même procès fait à un artiste masculin.

Les choses ne vont pas en s’améliorant. Après avoir souligné l’“appétit XXL” de la chanteuse et s’être autorisée un trait d’esprit pas forcément nécessaire – “On n’est pas là pour tailler le bout de gras” –, l’article réserve quatre paragraphes (sur 11) pour s’épancher sur les habitudes alimentaires de la chanteuse – traduisant un mépris grossophobe. 

N’hésitant pas à questionner Yseult avec insistance sur ce sujet, la journaliste ne s’attarde pas une minute sur la musique d’Yseult. Il y avait pourtant matière avec les deux superbes EP dévoilés par la jeune femme en quelques mois. Et lorsque celle-ci exprime sa volonté de voir l’industrie musicale se soucier de la santé mentale des artistes qu’elle précipite dans la lumière – un point fondamental, reflet du parcours singulier de la musicienne –, la journaliste n’y voit qu’une lubie infantile : “Elle voudrait une industrie qui prenne autant soin de la psyché de ses artistes que de leur storytelling et de leur pochette d’album”, omettant de préciser, quand elle rappelle qu’elle a composé un album en deux semaines à 20 ans, après sa sortie de Nouvelle Star, que c’était sous la pression de son label.

Morceaux choisis

NYLON France a donc eu accès à l’enregistrement de l’interview, communiqué par Yseult. Si la journaliste assure avoir fait son travail “le plus honnêtement possible”, les moments les plus intéressants sont pourtant passés à la trappe, dessinant une artiste hors normes, spontanée, passionnée et déterminée, désireuse de prendre son destin en main et d’échapper au formatage. En voici quelques extraits.

À propos de son évolution :

“Aujourd’hui, je me suis affranchie du formatage des émissions de télé et des majors de l’industrie. J’ai voulu créer mon label afin d’être indépendante, de travailler avec des personnes que je choisis et qui m’ont choisie pour que nous avancions ensemble dans la même direction. Cela a été très compliqué de m’extirper de cette arène et de son emprise, mais je suis fière d’être passée par ces étapes. J’ai acquis une expérience qui m’apporte une vision globale sur la façon dont je peux développer mon projet. Ce qui m’importe maintenant, c’est de suivre mon propre chemin. Je me sens sereine, ancrée dans mon projet.”

Sur les majors et la santé mentale des artistes :

“Je pense que les majors ne laissent pas le temps aux artistes de se trouver artistiquement. Dans la vie, tu as besoin de temps pour te trouver en tant que personne. Cette pression est d’autant plus forte pour les artistes qui se sentent redevables envers les personnes qui bossent pour elles ou eux au quotidien. Des personnes parmi lesquelles certaines sont bienveillantes, mais d’autres peuvent aussi faire pression – ce qui a été le cas lorsque l’on m’a pressée de composer un album en deux semaines après ma sortie de Nouvelle Star. Il y a une urgence à assainir les espaces artistiques, et à laisser le temps aux artistes de se trouver pour éviter de créer des traumas qui risquent de les suivre tout au long de leur carrière. Ce qui m’attriste, c’est qu’il faille construire son image et son storytelling aussi rapidement. Ce qui serait plus sain, ce serait de proposer un suivi psychologique aux artistes dans le cadre de leur contrat pour canaliser et traiter les traumas potentiels. C’est ce manque de suivi qui donne l’impression que l’artiste est chiant. Selon moi, ce n’est pas l’artiste qui est chiant, il faut juste assumer le fait que celui-ci a besoin de temps pour se construire.

Une femme :

“Aujourd’hui, je suis beaucoup plus alignée avec ce que je peux dégager et ce que l’on peut penser de moi. J’ai envie d’avancer là où mon instinct me mène et, je t’avoue, le regard des gens, j’en ai vraiment que faire. Mon vrai visage, c’est celui-là : celui d’une femme en colère mais qui se tape des barres H24, une femme indépendante, libre, éduquée, aimée, soutenue, et qui n’a pas peur de se faire brûler la première si cela peut ouvrir la voie à d’autres femmes. Une femme révoltée par notre société qui a trouvé la lumière dans sa musique.

Réseaux sociaux :

“Les réseaux sociaux peuvent être un endroit violent, mais ils nous permettent aussi de nous construire une communauté et de nous sentir soutenus. Ils nous apprennent à nous éduquer, nous affranchir et nous élever de manière ludique. Si l’on ne trouve pas de soutien en dehors du digital, c’est rassurant de savoir que l’on peut entrer en contact avec des personnes qui nous ressemblent sur les réseaux sociaux, qu’on soit une militante féministe ou membre de la communauté LGBTQI+. Jusqu’aujourd’hui, le mot communauté avait un sens péjoratif. Il a été tellement utilisé par la droite et l’extrême droite que la génération de nos parents s’est interdit d’en faire usage. Ils ont fait le choix d’effacer leurs spécificités. Aujourd’hui, notre génération revendique ce retour aux racines et aux identités. Nous voulons savoir qui nous sommes et d’où l’on vient pour déterminer où l’on ira.”

Intégrité

“J’ai exercé pas mal de petits boulots avant de vivre de mon art. Ces expériences ont fait de moi la personne que je suis en m’apportant force et vulnérabilité. On pense souvent que je suis en quête de revanche : pas du tout ! Ces expériences n’ont fait que nourrir ma soif de réussite et d’entreprise. Le fait d’être passée par des petits jobs m’a aidée à garder mon intégrité. On me reproche le fait de ne pas avoir de filtre, mais au contraire, je crois que c’est ce qui me permet d’être honnête avec moi-même et avec mon public. L’intégrité se perd aujourd’hui dans nos métiers. Pour moi, c’est de l’or. C’est ton intégrité qui te permet de garder les pieds sur terre, d’être humble et d’avancer de manière sereine en restant bienveillante.”

Une habitude pour Yseult 

Contactée quelques jours après la parution de cet article, Yseult apparaît évidemment touchée, indignée mais sereine. Si le traitement médiatique peut choquer, la musicienne ne s’en étonne plus aujourd’hui. “Peu de temps avant les Victoires, j’ai commencé à recevoir des rafales de commentaires grossophobes et racistes sur les réseaux sociaux, sans comprendre l’origine de cette haine. En me penchant sur les articles parus à mon sujet, j’ai réalisé que mes propos étaient souvent tronqués ou déformés. Comment peut-on se permettre ce genre de choses ? C’est pour cette raison que je prends désormais soin d’enregistrer mes conversations avec les journalistes, en demandant systématiquement leur consentement. Pendant les Victoires, les médias semblaient s’être entendus pour me dépeindre comme une diva instable, colérique et hautaine qui ne me ressemble en rien. Je me suis tue dans un premier temps car j’ai bien d’autres combats à mener, mais la sortie de cet article a fait déborder le vase.”

La chanteuse a aussi du mal à saisir pourquoi l’article fait passer pour de la naïveté ses idées pour faire évoluer l’industrie : “J’ai écouté le mémo encore et encore : je parle de bien-être, de créer des espaces safe, d’assainir l’industrie musicale et de construire des ponts entre les artistes et les majors. Que je hausse le ton ou non, certain.e.s ne veulent pas me voir autrement que comme une femme agressive.” Loin de se positionner en victime, elle tient plutôt à sonner l’alarme : “Faut-il qu’un drame se produise pour que les rédactions fassent le ménage ?”

Si Yseult tient aujourd’hui à clarifier ses propos, c’est que les sujets dont elle parle en interview sont “spécifiques et sensibles” : “J’ai l’opportunité d’œuvrer pour certaines communautés et de rendre certaines personnes visibles. Je le fais avec mon art, mes mots, ma sincérité, de manière détendue et décomplexée. Mais mon discours est sans cesse discrédité, éclipsé par une colère malsaine que l’on me prête mais ne me représente pas. Ce dont je parle, c’est d’inclusivité, de paix, d’union. Mon mantra, c’est l’intégrité. Je dis qu’il faut être soi-même, rester humble, garder les pieds sur terre. Mais non : “Yseult, elle est hautaine…” S’adressant à “ceux qui comprendront”, la musicienne poursuit : “C’est fou comme la société cherche à nous diviser… N’éteignez pas nos voix, et laissez-nous être qui nous sommes !”

Consciente de ne pas être la seule concernée par ces pratiques malveillantes, Yseult s’accroche à son indépendance pour trouver le courage de dénoncer. “C’est un problème qui semble répandu. Depuis que j’ai dénoncé cet article, de nombreuses personnes m’ont rapporté avoir vécu le même sort. Des artistes, des associations et des collectifs qui ne dénoncent pas par peur d’être invisibilisés. En tant qu’artiste indépendante, je ne dépends pas de ce système. J’estime qu’il est important pour un artiste d’avoir un droit de regard sur ses photos et ses propos lorsque des textes aussi malhonnêtes peuvent être publiés. Il s’agit d’un droit primordial. Après tout, nous sommes le contenu que ces médias proposent à leurs lecteurs.”

Aujourd’hui, la Révélation féminine aimerait pouvoir parler de ce qui l’anime : sa musique. “Je ne choisis pas les questions que l’on me pose. Ma famille, mon père… ‘En tant que femme noire et grosse, comment vous sentez-vous dans votre corps ?’ Ces questions poussent certains à penser que je ne parle que de ça, pourtant, je n’attends que de parler de ma musique, de mes inspirations, de ma vision et de mon art.” Sans surprise, elle affirme aspirer à moins de présence médiatique pour le moment : “J’ai envie de tout geler et, à l’avenir, si je dois prendre la parole pour passer un message important à mon public ou à l’univers, je choisirais le média, le ou la journaliste, et j’aurais mes droits de regard.” Pour retrouver Yseult, il faudra donc se rendre à ses concerts. Et les rendez-vous sont fixés puisque l’auteur de “Corps” embarque ce mois-ci pour une tournée nationale qui devrait très vite balayer cette histoire : “La scène, c’est le poumon de mon projet. C’est là que tout se joue pour moi. Je suis impatiente de rencontrer mon public et de laisser enfin place à ma musique.”

Crédits Photos : Thibault Théodore
voir l'article
voir l'article
Musique

Il est temps d'écouter Yseult

Se Connecter

Mot de pass oublié ?

Nouveau mot de passe

S'Inscrire* Champs obligatoir

FermerFermer